La Muse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Muse

Message  Strogof le Jeu 6 Aoû - 20:21

LaMuse.
Je reçois un coup de fil venant de loin, un numéro commençant par 91. C'est une femme dénommée Fátima. Après que j'ai passé plusieurs coups de fil, c'est cette Fátima -là qui m'appelle, je la sens très à l'aise.
Ensuite je me trouve dans une pièce de la maison qui est en retrait ou bien s'agit-il de l'allée vitré de la maison ? Il s'agirait de mon cabinet de travail – ensoleillé.
Fátima et moi sommes assis chacun d'un côté autour d'une longue table. Je ne saurais pas la situer, bien que je pense l'avoir déjà rencontré. Nous sommes dans le cabinet de travail et nous nous approchons l'un de l'autre, puis nous nous trouvons face à face. Pendant ce temps-là la famille se trouve dans une autre pièce ; ma Femme, ma Fille et son copain.
Je me sens bien avec Fátima, elle m'a un air familier, toutefois un peu intimidée elle reste sur la réserve. Puis, enfin nous finissons par nous embrasser, bien que durant quelques instants elle ait reculé. Nous nous embrassons très fort et plein de passion.
Je lui dis qu'il fallait aller au but, elle assentit doucement. Soudain j'entends la famille qui arrive par le couloir. Fátima et moi nous nous levons et ma Femme se trouve là pour me dire d'aller chercher une Mini Austin car après nous partirons en province. L'idée de conduire la Mini Austin m'enthousiasme, pourtant je dis à ma Femme qu'il fallait qu'auparavant je fasse visiter mon atelier à mon ex-étudiante Fátima. Fátima et moi partons et nous trouvons dans la rue. Ensuite je cherche la bâtisse de l'atelier. Ma Femme m'avait dit qu'elle venait de l'atelier. Dans la rue je ne parviens pas à identifier la bâtisse de l'atelier et curieusement c'est Fátima qui me guide. Elle m'indique un grand portail qui donne sur la cour d'un grand immeuble. Nous entrons, mais je ne sais plus où trouver l'entrée de l'atelier. Finalement nous rencontrons le gardien et après que je lui ai dit qui j'étais il nous accompagne, pour nous mener jusqu'à l'entrée. Nous passons par un hall où se trouvent quelques personnes dont une femme qui à une belle allure, son port aristocratique, ses cheveux sont courts et joliment bouclés, blanchissants. En me regardant, elle me dit, qu'elle ne me voyait pas du tout comme peintre ou sculpteur. Elle me dit que cela ne tenait pas, ne casait pas avec mon profil, elle me voyait comme celui qui écrit, qui est à table, une table ronde, qu'ainsi je suis un roi et que des feuilles de bonnes feuilles sont produites par moi, que par ailleurs je vivais comme un aristocrate, que je portais toujours de beaux habits, de belles vestes, même si celles-ci étaient usées ayant même parfois des trous, non par manque d'argent, mais parce que j'étais un vrai dandy, un authentique gentleman, qu'avec mon cercle familial et d’amis, nous dînons - soupons jusqu'à très tard. À ce moment-là, se manifestait ma nature festive, intense, enflammé. Le gardien et les autres souriaient et approuvaient. En quittant ce lieu je me trouve maintenant sur une véranda qui longe l'étage, beaucoup de portes s'ouvraient sur elle. Soudain c'est Alain T. qui se trouve à mes côtés et Fátima en arrière plan. En ouvrant une petite porte nous entrons et ce sont des escaliers en bois dans une construction en bois. Je monte l'escalier de bois à la suite d'Alain. Deux négresses chantantes passaient par là. Une porte vitrée donne sur un grand espace, celui-ci est compartimenté par de fines cloisons. Arrive alors une jeune femme et je lui demande où se trouve mon atelier. Comme le dos me gratte je lui demande de me gratter, comme elle le fait je lui demande encore et encore de continuer à me gratter le dos. Elle avait l'air entre irritée et amusée. Plus tard je vois une grande pièce, c'est une bibliothèque, pleine de grandes étagères remplies de livres anciens, un grand nombre de personnes se trouvent là en train de lire, surtout des jeunes et des femmes. Les livres avaient un très beau dos. Une très belle lumière venant des ouvertures au sud pénétrait dans la bibliothèque. L'ambiance était sereine, chaleureuse, discrètement joyeuse.
Soudain, dans ce labyrinthe je vois quelque chose que j'avais oublié, cela se présente sous la forme d'un très beau et lumineux cloître avec un riche jardin en son centre ayant une fontaine d'où jaillissent de forts jets d'eau. La fontaine sonnait comme un texte admirable et fécond, c'est la forme d'un texte par moi écrit. Un texte d'incantation, d'invocation, peut-être que mon inspiration pour l'écrire provenait du chant des chanteuses noires. Au bout de tout ce périple, je n'ai pas trouvé l'atelier, je vois vraiment ce qui me concerne. Le jardin intérieur – dans le cloître – ensuite la grande, la belle bibliothèque.
avatar
Strogof

Messages : 47
Date d'inscription : 06/08/2009
Age : 72
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darocha.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Muse

Message  Harmonie le Dim 16 Aoû - 16:57

Pour moi il n'y a pas grand chose à analyser dans ce rêve, je dirais que c'est un rêve de contemplation. Par contre j'ai des questions à te poser pour la suite :

Vis tu en France ?
Fatima existe t-elle réellement ? si oui quels sont vos rapports dans la vie ?

_________________
Harmonie interprète
"Ce qui s'exprime n'est pas ce qui est dit, mais ce qui aspire à être dit".
avatar
Harmonie
Admin

Messages : 3739
Date d'inscription : 16/07/2009
Localisation : Avec vous

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Muse

Message  Strogof le Dim 16 Aoû - 19:14

Je vis en France.
Je connais diverses Fatima, mais je ne les vois que très rarement et aucune d'elles n'a de rapport avec celle de mon rêve.
tu trouves que ce rêve n'a rien à interpréter? Vraiment?
Bonne journée à toi.
avatar
Strogof

Messages : 47
Date d'inscription : 06/08/2009
Age : 72
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darocha.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Muse

Message  Harmonie le Dim 16 Aoû - 19:19

Pour moi ce rêve n'est pas très révélateur, on pourrait certainement en dire qqchose ce qui me prendrait beaucoup de temps... Laughing

Cette Fatima de ton rêve, n'est peut être pas celles que tu connais, mais "qui" représente t-elle à tes yeux ? ta muse ?

_________________
Harmonie interprète
"Ce qui s'exprime n'est pas ce qui est dit, mais ce qui aspire à être dit".
avatar
Harmonie
Admin

Messages : 3739
Date d'inscription : 16/07/2009
Localisation : Avec vous

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Muse

Message  Strogof le Dim 16 Aoû - 19:46

Si je l'appelle "Muse" c'est exactement ça qu'elle représente. Une "rencontre" qui se fait sur le plan onirique, hélas! dans la vie réelle je ne vois pas de qui il peut s'agir. Une sublimation certainement.
Merci Harmonie, bonne et belle journée à toi,
Luis
avatar
Strogof

Messages : 47
Date d'inscription : 06/08/2009
Age : 72
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darocha.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Muse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum